Accueil / Evénements / Natalie Tchernetska

Natalie Tchernetska

Chercheur
Université de Riga
Les palimpsestes grecs et les manuscrits grecs d’origine orientale comme témoins de la culture écrite
01 janvier 2011 -
30 juin 2011
Études classiques
FacebookTwitter

Natalie Tchernetska consacre son travail à l'étude des manuscrits grecs. Elle a fait ses études à l'université de Lettonie et fini sa thèse de doctorat à l'Université de Cambridge, sur les palimpsestes grecs.

Le palimpseste désigne un manuscrit écrit sur un parchemin préalablement utilisé, et dont on a fait disparaître l'écriture pour permettre d'y écrire de nouveau. Depuis 1999, elle participe au projet du «Palimpseste d'Archimède». Le parchemin manuscrit renferme, sous un texte religieux du XIIIe siècle, une copie datant du Xe siècle de sept théorèmes d'Archimède. C'est en étudiant le palimpseste, que Natalie Tchernetska a découvert, en 2002, deux discours perdus d'Hypéride, célèbre orateur grec du IVe siècle avant J.-C. Pour approfondir ses recherches sur les écritures grecques apparaissant dans les manuscrits hébreux, elle était invitée à Paris par la FMSH, dans le cadre du programme Mellon du 1er novembre 2007 au 31 janvier 2008.

Natalie Tchernetska travaille aussi sur la collection des manuscrits grecs apportés en Europe par Constantin Tischendorf.

Mon projet de recherche à l’IEA-Paris s’inscrit dans la continuité de mes travaux antérieurs sur les palimpsestes grecs et les manuscrits grecs d’origine orientale. Souvent négligés, ils constituent pourtant des témoins majeurs de l’évolution des manuscrits grecs, de leur production et de leur circulation. J’envisage tout d’abord de prolonger mon travail sur le palimpseste dit d’Archimède. Ce manuscrit du XIIIe siècle a conservé, dans ses couches inférieures, trois groupes de textes classiques uniques : sept traités d’Archimède, deux discours d’Hypéride, et un commentaire des catégories d’Aristote par Alexandre d’Aphrodise. Je travaillerai sur ce dernier texte en collaboration avec M.Rashed, afin de décrypter et de préparer la publication de ce texte philosophique important, que l’on croyait perdu. Je m’attacherai également à retracer les événements méconnus de la période parisienne (1930-1998) de son histoire, pendant laquelle le manuscrit a été fortement endommagé et décoré de fausses miniatures. Je me propose de plus de poursuivre ma recherche sur les grandes collections, constituées au XIXe siècle, de manuscrits grecs en provenance du Sinaï, et désormais conservées dans de multiples bibliothèques européennes. J’ai travaillé sur celle de C. Tischendorf, dispersée entre cinq bibliothèques, pendant plusieurs années. Lors de mon séjour à l’IEA-Paris, j’élargirai ma recherche aux collections de ses contemporains et rivaux, P. Ouspensky, et A. Papadopoulos-Kerameus. Ces recherches pourrons ainsi participer à une meilleure compréhension de la culture grecque écrite dans le Proche-Orient hellénophone, qui a joué un rôle clef dans la transmission des textes grecs des VIe au VIIIe siècles.
01 Avr 2013 00:00 -
31 Jan 2014 00:00,
Natalie TCHERNETSKA, JSPS Invited Fellow at Keio University, Tokyo, April 2013 - January 2014

Cambridge University Press
Interview menée par Alain Schnapp
240
2010-2011
Moyen Âge (476-1492)
Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient