Accueil / Evénements / Extreme violence: investigate, rescue, judge. Syria, Rwanda, Democratic Republic of Congo

Extreme violence: investigate, rescue, judge. Syria, Rwanda, Democratic Republic of Congo

20 mar 2019 14:00 - 22 mar 2019 17:00
Institut d'études avancées de Paris
17 quai d'Anjou
Hôtel de Lauzun
75004 Paris
information@paris-iea.fr
FacebookTwitter

Colloque organisé par la Fondation Maison des Sciences de l'Homme et le Centre de Réflexion sur l'Action et les Savoirs Humanitaires (CRASH) de Médecins Sans Frontières, avec le soutien de l'IEA de Paris

Présentation

Ce colloque a un double objectif.

Il s’agira, en premier lieu, d’étudier, dans des contextes de guerre, de génocide et de crimes de masse, les démarches adoptées tant par des chercheurs en sciences sociales que par des praticiens humanitaires et des défenseurs des droits de l’homme. Il est rare qu’ils se donnent pour but commun l’exploration des logiques qui ont gouverné et gouvernent leurs pratiques. Dans certaines situations, ces trois catégories d’acteurs interviennent simultanément et en fonction d’objectifs qui conduisent parfois à des coopérations, des rapprochements mais aussi à des affirmations d’hétérogénéité de leurs démarches. L’ambition de ce colloque est de prendre appui sur cette hétérogénéité tout en soulignant, au cas par cas, les apports des coopérations. À partir de leurs expériences en Syrie, au Rwanda, en République démocratique du Congo, ils traiteront de l’un ou plusieurs des thèmes suivants : les déterminants locaux des tueries de masse, les modalités des conduites de secours et leurs effets, les actions des agences multilatérales onusiennes, les activités de la justice pénale internationale et des institutions judiciaires nationales, les engagements des organisations de défense des droits humains.

En second lieu, il s’agira de réfléchir collectivement, sous la forme d’une table ronde, au défi croissant de la judiciarisation qui crée des contraintes et des dangers pour tous ceux, chercheurs, humanitaires et défenseurs des droits humains qui travaillent sur et dans les contextes de crimes de masse. Ainsi devrons-nous tenir compte d’une part que ce colloque se situe dans un contexte et une histoire où chercheurs et praticiens de l’humanitaire sont régulièrement sollicités dans des débats publics concernant les actes de violence dont ils ont été témoins ou sur lesquels ils ont enquêté. Et d’autre part, il arrive aussi qu’ils soient appelés, voire contraints par les appareils judiciaires à déposer. La possibilité d’accéder à leurs sources, à leurs informateurs, à leurs témoignages crée des situations de conflit juridique quand ils revendiquent la légitimité du secret dans lequel ils considèrent devoir se tenir, en particulier pour ne pas mettre en danger des témoins et des membres du personnel humanitaire.

 


Programme


Mercredi 20 Mars


14:00 - 14:15   Ouverture
Michel Wieviorka, directeur d’études à l’EHESS, président du directoire de la FMSH

14:15 - 15:00   Introduction
Jean-Hervé Bradol, médecin, directeur d’études au CRASH, MSF et Laëtitia Atlani-Duault, directrice de recherche au CEPED (IRD, INSERM, Université Paris V), et directrice du Collège d’études mondiales de la FMSH


15:00 - 18:30   Syrie
Discutant : Fabrice Weissman, directeur d’études au CRASH, MSF

15:00   « Enquêter dans la Syrie en guerre »
Gilles Dorronsoro, professeur de sciences politiques à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, Adam Baczko, et Arthur Quesnay, post-doctorants associés à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne : projet ERC, « Social Dynamics of Civil Wars »

15:45   Pause

16:00   « Les pratiques humanitaires de terrain à l’épreuve du conflit syrien »
Hakim Khaldi, chargé d’études à MSF

16:30   « Targeting health infrastructure in Syria: a military tactic or a collateral damage? »
Abdulkarim Ekzayez, médecin, chercheur associé à Research for Health in Conflict (R4HC), King’s College

17:00   « Danger, advocacy and accuracy: witnessing by local medical humanitarian organisations in the Syrian conflict »
Sophie Roborgh, chercheuse associée au Humanitarian and Conflict Response Institute, University of Manchester

17:30   Discussion


Jeudi 21 Mars


9:00 - 17:30   Rwanda
Discutant : Nicolas Mariot, directeur de recherche au CNRS

9:00   Accueil

9:15   Ouverture de la journée
Claudine Vidal, directrice de recherche émérite au CNRS, membre du comité scientifique du CRASH, MSF

9:30   « Expérience de témoin survivant du génocide et de témoin de témoins dès 1994 »
Pacifique Kabalisa, président du Centre pour la prévention des crimes contre l’humanité (CPCH)

10:00   « Twenty years after Leave None to Tell the Story: what do we now know about the Rwandan genocide? »
Timothy Longman, professeur de sciences politiques, Boston University

10:30   « The limits of the genocide label »
Scott Straus, professeur de sciences politiques, University of Wisconsin-Madison

11:00   Discussion

12:00   Pause déjeuner

13:30   « Les enquêtes de Lee Ann Fujii »
Claudine Vidal, directrice de recherche émérite au CNRS, membre du comité scientifique du CRASH, MSF

14:00   « Winning the battle of ideas: extremist vs moderates ideologies in Rwanda’s genocide »
Omar McDoom, professeur assistant à la London School of Economics and Political Sciences

14:30   Pause

14:45   « Inside Rwanda’s Gacaca Courts. Seeking Justice after Genocide »
Bert Ingelaere, professeur assistant à l’Université d’Anvers

15:15   « Les procédures judiciaires engagées par des juridictions nationales hors Rwanda envers des ressortissants rwandais »
André Guichaoua, professeur de sociologie à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne

15:45   Synthèse
Nicolas Mariot, directeur de recherche au CNRS

16:15   Discussion


Vendredi 22 Mars


9:00 - 13:15   République démocratique du Congo
Discutant : Yann Mens, journaliste, membre du conseil d’administration de MSF

9:00   Accueil

9:30   « Enquêter pour le Conseil de sécurité des Nations Unies »
Emilie Serralta, consultante indépendante

10:00   « Les carrières de Bosco Ntaganda, homme de guerre, du Rwanda à la CPI-ICC »
Marc Le Pape, sociologue, CNRS, membre du comité scientifique du CRASH, MSF

10:30   Pause

10:45   « Comprendre la violence contre les civils perpétrée par des acteurs armés dans l’est de la RDC : types, modalités et logiques »
Judith Verweijen, lecturer, University of Sussex

11:15   « Négocier l’accès humanitaire dans le Nord Kivu : les dilemmes, tensions et compromis quotidiens dans un contexte de violences cycliques »
Myfanwy James, doctorante, University of Oxford

11:45   « Produire un discours journalistique sur la guerre : une expérience congolaise »
Justine Brabant, journaliste et chercheuse indépendante

12:15   Discussion

13:15   Pause déjeuner


14:30 - 16:30   Table ronde : Enquêter, secourir, juger
Chercheurs et humanitaires en contexte de génocide et de crime de masse face au défi croissant de la judiciarisation

14:30   Introduction
Laëtitia Atlani-Duault, directrice de recherche au CEPED (IRD, INSERM, Université Paris V), et directrice du Collège d’études mondiales de la FMSH

Discutantes : Audrey Ceschia, rédactrice en chef du Lancet Public Health, et Laëtitia Atlani-Duault

Bruno Cotte, président honoraire de la chambre criminelle de la Cour de cassation, ancien président de la chambre de première instance à la cour pénale internationale

Catherine Marchi-Uhel, cheffe du Mécanisme international, impartial et indépendant de l’ONU sur les violations du droit international commises en Syrie

15:30   Pause

15:45   Rony Brauman, médecin, directeur de recherche au CRASH, MSF.
Rudi Coninx, directeur du Humanitarian Policy & Guidance Unit, Emergency Operations Department, à l’Organisation mondiale de la Santé

16:30-17:00   Conclusion du colloque
Jean-Pierre Dozon, directeur d’études à l’EHESS, vice-président du directoire de la FMSH


Une traduction simultanée français-anglais est prévue.

 

20 mars 2019, 14:00 - 18:00
21 mars 2019, 09:00 - 12:00
21 mars 2019, 13:30 - 17:00
22 mars 2019, 09:00 - 13:15
22 mars 2019, 14:30 - 17:00
J’accepte que les données recueillies par l’IEA de Paris à partir de ce formulaire fassent l’objet d’un traitement informatique destiné aux services administratifs de l’institut. Elles sont collectées et traitées dans la finalité de l’accueil de l’événement et de l’établissement de statistiques.
Les données peuvent être transmises aux partenaires institutionnels de l’institut, aux organisateurs tiers de l’événement et aux membres de l’équipe de l’institut.
Leur durée de conservation n’excède pas trois ans.
La collecte des données est obligatoire pour pouvoir participer à un événement à l’institut.
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée en 2004, et au Règlement général sur la protection des données, vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification et d’opposition en vous adressant à : Institut d’études avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, France, information@paris-iea.fr.
22 Mar 2019 17:00
Oui
20210
Colloques et journées d’étude
Paris
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région
Sociologie