Accueil / Evénements / The Brains that Pull the Triggers - 2nd Paris Conference on Syndrome E

The Brains that Pull the Triggers - 2nd Paris Conference on Syndrome E

09 mai 2016 09:00 - 10 mai 2016 18:30
Institut d'études avancées de Paris
Hôtel de Lauzun
17 quai d'Anjou
75004 Paris
information@paris-iea.fr
FacebookTwitter

Colloque international organisé par Itzhak Fried (UCLA / résident de l'IEA de Paris), Alain Berthoz (Collège de France) et Gretty Mirdal (directrice de l'IEA de Paris), avec le soutien de la Région Ile de France dans le cadre du DIM Cerveau et Pensée.

Présentation

La transformation de groupes d’individus « ordinaires », précédemment non-violents, en meurtriers capables des pires atrocités et s’attaquant à des personnes innocentes a été un phénomène récurrent à travers l’histoire. Ce changement comportemental semble souvent incompréhensible pour les victimes et les observateurs, de même que, rétrospectivement, pour les meurtriers eux-mêmes.

Cette transition se caractérise par une série de symptômes qui peuvent être présentés comme un syndrome : le Syndrome E (Itzhak Fried, Lancet, 1997). Une telle désignation n’a pas pour but de médicaliser ces types de comportements, mais de fournir à la fois un cadre pour permettre une discussion interdisciplinaire et des pistes pour envisager les possibilités de détection précoce et de prévention. Les individus qui manifestent ce syndrome sont très sensibles aux phénomènes de groupe ; ils se caractérisent par des idées obsessionnelles, des comportements répétitifs compulsifs, une désensibilisation rapide à la violence, une réactivité affective diminuée et une surexcitabilité. L’hypothèse a été faite de l’existence d’un modèle pathophysiologique – la « fracture cognitive » –, dans lequel le cortex préfrontal médian inhibe l'amygdale et n’est plus régulé par les contrôles homéostatiques viscéraux et somatiques habituellement fournis par des systèmes sous-corticaux. Ainsi, le syndrome serait un produit du développement du néocortex plutôt que la manifestation d'un cerveau primitif désinhibé comme cela est parfois avancé.

Les actes de violence perpétrés ne naissent pas « dans le feu de la bataille ». Ce sont des actes répétitifs et automatisés, effectués de façon détachée et dont le caractère mécanique contribue à déshumaniser les victimes tout autant que les auteurs.

Des illustrations de ce phénomène peuvent être trouvées à travers toute l’histoire de l’humanité. De nos jours encore, on l’observe dans les tueries de masses perpétrées par différents groupes, auxquels participent volontairement de jeunes femmes et hommes d’Europe et d’ailleurs. Le relais quasi instantané de ces actes terribles dans les médias contribue à susciter l’intérêt de la société et constitue une opportunité de promouvoir des études systématiques, supports d’actions futures. Les progrès rapides des neurosciences cognitives et sociales qui enrichissent chaque jour notre compréhension du fonctionnement du cerveau humain mettent désormais à notre portée la compréhension des racines biologiques du Syndrome E. Le point de départ de ce phénomène est un individu unique, un cerveau unique, qui appuie sur la détente.

« Le cerveau qui appuie sur la détente » (« The brains that pull the triggers »), colloque international sous les auspices de l’Institut d’études avancées de Paris, réunira des spécialistes des sciences humaines et sociales et des sciences du cerveau. L’objet d’étude central du colloque ne sera pas les victimes des violences, mais leurs auteurs. Nous souhaitons cette année nous pencher davantage sur les aspects neuronaux du syndrome et en dégager les éventuelles racines psychiatriques, avec l’éclairage des sciences humaines et sociales et dans un souci de réflexion sur la méthodologie.

L’objectif est d’améliorer notre compréhension de l’esprit des criminels, et donc inévitablement des mécanismes cérébraux qui conduisent à appuyer sur la détente et rendent possible ces comportements extrêmes. Notre espoir est que cette nouvelle compréhension se révélera utile et permettra d’aider la société à traiter ce problème.

“Arguably the biggest challenge for interdisciplinary dialogue across the fields that consider brain and behavior…a bold and important attempt to bring interdisciplinary approach to one of the biggest questions facing humanity", Nature, 521:260, 2015 (Editorial on the First Paris Conference on Syndrome E)


Programme


Lundi 9 mai


Introduction:

09:00 - Gretty Mirdal (IEA Paris), Alain Berthoz (Collège de France): Introduction and welcome

09:15 - Itzhak Fried (UCLA / IEA Paris): The Brains that Pull the Triggers: Syndrome E, 2016


Empathy and Dehumanization

10:15 - Emile Bruneau (MIT): Intergroup empathy and dehumanizations: consequences, neural basis, intervention

10:45 -  Coffee Break

11:00 - Jean Decety (University of Chicago): Empathy and Morality

11:30 - Alain Berthoz (Collège de France): The question of multiple identities

12:00 - Discusion

12:45 - Lunch break


Pathology: One of us or one unlike us?

14:15 - Åsne Seierstad (Norway): Breivik and Beyond: “One of us” behind the Trigger

14:45 - David Cohen (Université Pierre & Marie Curie): The road to mass killing: a pathological process?

15:15 - Richard Rechtman (EHESS): Questioning the predictive value of syndrome-E

15:45 - Coffee Break

16:00 - Thomas Boraud (Université de Bordeaux): Syndrome E: pathological process or inheritance of evolution?

16:30 - Discussion

18:00 - Cocktail


Mardi 10 mai


Valuation and Violence

09:00 - Ray Dolan (University College London): Self and Other Valuation

09:30 - Mathias Pessiglione (ICM): What's wrong with the valuation system in a terrorist brain?

10:00 - Etienne Koechlin (ENS Paris): Rules and Values

10:30 - Discussion

11:15 - Coffee Break


Clinical Correlations and Parallels

11:45 - Michel Botbol (CHRU Brest): What can the clinic of “difficult” adolescents tell us about Syndrome E?

12:15 - Lionel Naccache (ICM): Is society subject to “epileptic seizures”? Communication within the brain microcosm and communication within the societal macrocosm

12:45 - Lunch Break

14:00 - Trevor Robbins (Cambridge): The Neuropsychopharmacology of Syndrome E

14:30 - Discussion


Responsibility and Intervention

15:15 - Patrick Haggard (UCL / IEA Paris): Why I didn't do it... can other people reduce individual responsibility for action?

15:45 - Ken Paller (Northwestern University): Changing hearts and minds - A perspective from memory research

16:15 - Xabier Agirre Aranburu (International Criminal Court): Obedience, Responsibility, Punishment

16:45 - Discussion

17:30 - Itzhak Fried (UCLA / IEA de Paris): Concluding Remarks

 

Date dépassée
J’accepte que les données recueillies par l’IEA de Paris à partir de ce formulaire fassent l’objet d’un traitement informatique destiné aux services administratifs de l’institut. Elles sont collectées et traitées dans la finalité de l’accueil de l’événement et de l’établissement de statistiques.
Les données peuvent être transmises aux partenaires institutionnels de l’institut, aux organisateurs tiers de l’événement et aux membres de l’équipe de l’institut.
Leur durée de conservation n’excède pas trois ans.
La collecte des données est obligatoire pour pouvoir participer à un événement à l’institut.
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée en 2004, et au Règlement général sur la protection des données, vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification et d’opposition en vous adressant à : Institut d’études avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, France, information@paris-iea.fr.
Colloque international organisé par Itzhak Fried (UCLA / résident de l'IEA de Paris), Alain Berthoz (Collège de France) et Gretty Mirdal (directrice de l'IEA de Paris).
Neurobiological knowledge and human nature
01 mai 2016 - 31 mai 2016
3220
The Brains that Pull the Triggers
20 septembre 2014 - 20 octobre 2014
20 octobre 2014
457
10 Mai 2016 18:30
Itzhak Fried,Patrick Haggard
Oui
4765
Colloques et journées d’étude
Paris
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région
Neurosciences