Accueil / Publications / James Hollifield

James Hollifield

Professeur
Université méthodiste du Sud
Tower Center
La diversité des États de migration
01 septembre 2021 -
30 juin 2022
Économie et finances
FacebookTwitter

James F. Hollifield est titulaire de la chaire Ora Nixon Arnold en économie politique internationale et directeur du Tower Center de l’université méthodiste du Sud (SMU), à Dallas, au Texas. Il est membre du Council on Foreign Relations (CFR) de New-York et boursier mondial du Wilson Center à Washington, DC. Hollifield a beaucoup écrit sur les questions de développement politique et économique, en particulier sur les phénomènes migratoires, et il a travaillé comme conseiller auprès de différents gouvernements en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Il a également été consultant auprès de nombreuses organisations internationales, notamment les Nations unies, la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement, l'Union européenne, l'OCDE et l'Organisation des États américains. En plus de la SMU, il a enseigné à l'Université Brandeis, a été chercheur au Centre d'études européennes de Harvard et au Centre d'études internationales du MIT. En 1992, il a été nommé directeur de recherche associé au CNRS et à Sciences Po à Paris.  Il est actuellement membre de l'Institut d’Economie du Travail (IZA) de l'Université de Bonn et du Global Migration Centre de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. En 2016, Hollifield a reçu de l'Association des études internationales le Prix de chercheur émérite.

Sujets de recherche

Économie politique, Migration, Développement

La diversité des États de migration

Ce projet établit un nouveau programme de recherche dans le domaine interdisciplinaire des études sur la migration en adoptant une approche critique du concept d'État de migration et en élargissant son application à une série de cas historiques et comparatifs au-delà des cas classiques de l'Europe occidentale et des États-Unis. Le concept d'État de migration souligne la place centrale de celle-ci en tant que fonction étatique essentielle et il fournit un cadre permettant de comprendre les intérêts divergents auxquels les États sont confrontés dans la gestion de la migration, en mettant l'accent sur les compromis entre ouverture économique et fermeture politique - ce que Hollifield appelle le paradoxe libéral. Depuis que ce concept a été élaboré, il y a près de trente ans, la migration internationale est devenue encore plus centrale dans la manière dont les États régulent le marché du travail, répondent aux tendances démographiques, définissent des stratégies de sécurité nationale et façonnent les débats publics sur la citoyenneté et l'identité nationale.

Rassemblant des travaux effectués sur un large éventail de cas, ce projet théorise la diversité des États de migration, proposant des typologies et des applications du concept d'État de migration, afin de développer une approche véritablement globale de la compréhension des migrations. L'ouvrage examine les principaux pays d'origine, les pays d'immigration récente et les pays qui sont simultanément des pays d'origine, de destination et de transit, y compris les démocraties libérales et les autocraties, les anciennes puissances impériales et les États postcoloniaux, ainsi que les pays les plus riches et les plus pauvres du monde. Fondé sur trente années de recherche dans différentes régions du globe, ce projet combine des réflexions issues de politiques comparatives et internationales, d’économie, de démographie et de sociologie, ainsi que des approches historiques et postcoloniales de l'étude de la migration.

Publications clé

Hollifield James, Immigrants, Market and States: The Political Economy of Postwar Europe, Harvard University Press, 1992, 320 p.

Hollifield James, Brettell CB.  (Eds.), Migration Theory: Talking Across Disciplines, Routledge, 2014 (3rd ed.), 356 p.

Hollifield James, Martin PL., Orrenius PM.  (Eds.), Controlling Immigration: A Global Perspective, Third Edition, 3rd ed., Stanford University Presse, 2014, 512 p.

26355
2021-2022
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région