Accueil / Résidents / Anders Albrechtslund

Anders Albrechtslund

Professeur
Université d’Aarhus, Danemark
Le rôle de l'agentivité humaine dans la surveillance numérique
01 septembre 2022 -
30 juin 2023
Sciences de l'information et de la communication
FacebookTwitter

Anders Albrechtslund est professeur en sciences de l'information à l'université d'Aarhus et directeur du Center for Surveillance Studies. Ses recherches portent sur la surveillance, l'éthique et la philosophie des technologies.
L'objectif général de ses recherches est d'étudier le rôle et l'impact de la surveillance dans la société contemporaine, notamment en relation avec les technologies numériques existantes et émergentes. Son travail se concentre sur les utilisations, les significations et l'éthique des technologies de surveillance en réseau dans des contextes individuels et organisationnels, en particulier dans les domaines des pratiques sociales quotidiennes, des environnements de vie, de la vie des enfants et des soins de santé.

En septembre 2022, il est titulaire de la Chaire "Changements Majeurs" soutenue par Sorbonne Université et l'IEA de Paris.

Sujets de recherche

Surveillance dans les sociétés contemporaines, technologies numériques, datafication, relations interpersonnelles.

Le rôle de l'agentivité humaine dans la surveillance numérique

La surveillance est omniprésente dans les sociétés contemporaines, à cause notamment de l'accumulation des données et de l'intelligence artificielle (IA) sous la forme de décisions algorithmiques, de systèmes automatisés de reconnaissance faciale, de dispositifs de suivi et de détection, et de technologies de soins de santé avancées. Il est essentiel de bien comprendre l'impact de cette surveillance basée sur les données sur la vie quotidienne.

La surveillance n'est pas seulement utilisée à l'égard d'individus et de groupes sociaux par des institutions publiques et des sociétés privées, mais elle est également exercée régulièrement par et pour des individus dans leur vie privée. Les technologies de réseau permettent la surveillance interpersonnelle de nombreuses manières et à des fins très diverses. Cela signifie que le fait de considérer la surveillance comme imposée de l'extérieur et hiérarchisée n'offre qu'une perspective limitée sur les façons involontaires et désordonnées dont la surveillance affecte le monde social, tout en sous-estimant le rôle des actions humaines dans la réalisation, l'influence et l'expérience de la surveillance. Nous ne sommes pas seulement des objets, mais aussi des sujets actifs de la surveillance.

Au cœur de ce projet de recherche se trouve l'hypothèse selon laquelle le rôle des actions humaines dans la surveillance basée sur les données est essentiel pour comprendre la capacité et la complexité des sociétés actuelles et futures remplies de données numériques. En mettant l'accent sur les actions humaines dans les opérations de surveillance, il est possible de découvrir la manière dont les technologies de surveillance dépendent de la participation et des contextes socioculturels des utilisateurs, et la manière dont les niveaux d'agentivité peuvent être limités ou atteints dans l'utilisation, la conception, le développement et la réglementation de ces technologies.

 

Publications clés

Klauser, F. & Albrechtslund, A. (2014). From Self-Tracking to Smart Urban Infrastructures: Towards an interdisciplinary research agenda on Big Data. Surveillance and Society 11(3), pp. 273-286.

Albrechtslund, A. & Lauritsen, P. (2013). Spaces of Everyday Surveillance: Unfolding an analytical concept of participation. Geoforum 49(October), pp. 310-316.

Albrechtslund, A. (2008). Online Social Networking as Participatory Surveillance. First Monday 13(3), March.

Publication récente

Widmer, S., & Albrechtslund, A. (2021). The Ambiguities of Surveillance as Care and Control: Struggles in the domestication of location-tracking applications by Danish parents. Nordicom Review, 42(s4), 79–93.

27845
2022-2023
Époque contemporaine (1789-...)