Accueil / Résidents / Angèle Christin

Angèle Christin

Maître de conférences
Université Stanford
Dans l'ombre de l'intelligence artificielle : Une étude sur les nouvelles carrières en marge du changement technologique
01 février 2020 -
30 juin 2020
Sociologie
FacebookTwitter

Chaire IEA - Sorbonne Université "Changements majeurs" 2019-2020

Angèle Christin est assistant professor au département de Communication et professeure affiliée au département de Sociologie et au programme en Sciences, Technologie et Société de l'Université Stanford. Elle étudie comment les algorithmes et l'analyse de données transforment les valeurs professionnelles, l'expertise et les pratiques de travail. Ses travaux ont porté sur le cas du web journalisme, analysant l'importance croissante des mesures d'audience ('clics') dans les salles de rédaction web aux Etats-Unis et en France, en s'appuyant sur des méthodes ethnographiques. Elle a également étudié la construction, l'institutionnalisation et la réception d'algorithmes prédictifs dans le système de justice pénale américain. Angèle est titulaire d'un doctorat en sociologie de l'Université de Princeton et de l'EHESS (Paris). Elle est affiliée au Data & Society Research Institute.

SUJETS DE RECHERCHE

Algorithmes et analyses de données, intelligence artificielle, technologie et systèmes sociotechniques, ethnographie, travail et organisations, journalisme et nouveaux médias, culture, sociologie comparative.

Dans l'ombre de l'intelligence artificielle : Une étude sur les nouvelles carrières en marge du changement technologique

Les travaux existants sur l'intelligence artificielle (AI) se concentrent principalement sur les mécanismes internes et les modèles de calcul qui soutiennent les algorithmes d'apprentissage machine. Les évangélistes de l'AI soulignent les avantages de l'innovation technologique pour résoudre des problèmes sociaux persistants. Pour leur part, les chercheurs critiquent l'opacité et l'impact discriminatoire de ces "armes de destruction mathématique" (« Weapons of math destruction » O'Neil 2016). Il n'y a pas de discussion sur les contextes de réception de l'IA et leur rôle dans la médiation de l'impact social de l'IA. Ce projet adopte une approche différente. Au lieu de me concentrer sur les technologies qui soutiennent l'IA, je soulève les questions suivantes : qui sont les nouveaux acteurs qui travaillent derrière les algorithmes d'apprentissage machine ? Quels sont leurs motivations et leurs parcours professionnels ? Comment manipulent-ils, « jouent-il » ou optimisent-ils les algorithmes d'IA ? Comment comprennent-ils leur rôle dans la médiation de technologies opaques ? J'examine ces questions au moyen d'une étude ethnographique de trois professions : spécialistes de l'optimisation pour les moteurs de recherche, blogueurs « life hacks » et coachs en stratégie de marque sur les médias sociaux. Ces professions se développent « dans l'ombre » de l'IA en ce sens que ces travailleurs prétendent manipuler quotidiennement des formules algorithmiques complexes et opaques. Tous ces emplois sont apparus récemment, souvent à la limite de la légalité. En m'appuyant sur mes travaux précédents sur les « algorithmes en pratique » (Christin 2017), je soutiens qu'il est essentiel d'étudier ces nouveaux types de pratiques afin de comprendre l'impact réel de l'IA sur le monde social.

22351
2019-2020
Époque contemporaine (1789-...)
Amérique du Nord