Accueil / Résidents / Marylin Booth

Marylin Booth

Université d'Oxford
Réécriture de la littérature de conduite française en arabe : Pédagogie et transculturation au Caire et à Paris, années 1870-1920
13 février 2022 -
16 avril 2022
Histoire
FacebookTwitter

Marilyn Booth est titulaire de la chaire Khalid bin Abdallahs Al Saud pour l'étude du monde arabe contemporain, à l'Oriental Institute et au Magdalen College d'Oxford. Elle s'intéresse à l'histoire de l'écriture et de l'activisme féministe et antiféministe, en particulier en Égypte et dans le Levant ottoman, et plus généralement à l'histoire intellectuelle et littéraire arabophone, ainsi qu'aux études historiques de la traduction. Outre les ouvrages énumérés ci-dessous, elle a notamment publié Classes of Ladies of Cloistered Spaces : Writing Feminist History in fin-de-siècle Egypt (2015) ; May Her Likes Be Multiplied : Biography and Gender Politics in Egypt (2001) ; en tant qu'éditrice, Harem Histories : Envisioning Places and Living Spaces (2010). En 2019, elle a publié la collection éditée Migrating Texts : Circulating Translations around the Ottoman Mediterranean ; un deuxième recueil présentant davantage de recherches du Groupe d'étude de la traduction ottomane sortira en 2022 (coédité avec Claire Savina). Elle a traduit de nombreuses œuvres de fiction arabes en anglais ; récemment, Celestial Bodies de Jokha Alharthi (2019 Man Booker International Prize), The Penguin's Song et No Road to Paradise du romancier libanais Hassan Daoud, et Voices of the Lost de Huda Barakat. Sa traduction du roman le plus récent de Jokha Alharthi, Bitter Orange Tree, sortira en 2022. Elle poursuit ses recherches sur la traduction historique et traduit également deux œuvres de fiction du XIXe siècle écrites par des femmes ottomanes arabophones en Égypte.

Sujets de recherche

Histoire des féminismes et antiféminismes arabes, histoire ancienne du roman et du théâtre arabes, traduction historique au sein et autour de l'Empire ottoman.

Réécriture de la littérature de conduite française en arabe : Pédagogie et transculturation au Caire et à Paris, années 1870-1920

Parmi les nombreux textes français traduits (et adaptés de manière créative) en arabe à partir de 1870, on trouve des livres de conduite (conduct-books) utilisés comme manuels scolaires. Ce projet étudie ce processus de traduction dans le cadre des histoires de l’éducation et du féminisme en France, en Égypte et dans l’Empire ottoman. Comment la traduction a-t-elle généré de nouveaux textes et de nouveaux publics ? Quelles notions de modernité, de genre, d’interaction sociale, de relations communautaires et de classe ont-elles intégrées ? Comment les répertoires de rhétorique et de signification qui circulent à l’échelle transnationale ont-ils été modulés par les interactions avec les projets coloniaux européens ?

26580
2021-2022
Époque contemporaine (1789-...)
Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient