Accueil / Résidents / Cécile Vigouroux

Cécile Vigouroux

Université Simon Fraser, Canada
Professeur associé
Langue, migration et économie politique de “la débrouille”
01 septembre 2022 -
30 juin 2023
Linguistique
FacebookTwitter

Cécile B. Vigouroux est actuellement professeur associé de sociolinguistique au département de français de l'Université Simon Fraser, Canada. Ses recherches portent sur la formation des identités transnationales, le remodelage des idéologies linguistiques, les transformations socioculturelles déclenchées par les nouvelles formes de mobilité, les inégalités socio-économiques, l'impact de l'économie informelle sur les pratiques linguistiques, et la Francophonie. Ses travaux jettent un pont entre la sociolinguistique et d'autres disciplines telles que la géographie et l'économie. Elle a obtenu des bourses de l'Institut Max Planck pour l'étude de la diversité religieuse et ethnique, à Göttingen, en Allemagne (printemps 2012) ; de la Fondation Mellon, par l'intermédiaire de l'Université du Cap, en Afrique du Sud (oct. 2012) ; et du Collegium de Lyon, en France (2013-14).

Sujets de recherche

Migrations et transnationalisme ; Francophonie ; Idéologies linguistiques ; Pratiques linguistiques et économie vernaculaire ; Sociolinguistique des migrations Sud-Sud.

Langue, migration et économie politique de “la débrouille”

Ce projet de sociolinguistique qualitative examine comment "la débrouille" - un terme français traduit librement en anglais par " fending for oneself ", " getting by " ou " making do " - façonne les pratiques linguistiques et les idéologies dans le contexte de la migration. Les sujets de l'enquête sont des Congolais de la République démocratique du Congo qui se sont installés en France.

La focalisation sur les pratiques de "la débrouille" vise à mettre en évidence la créativité des actions et l'éventail des ressources individuelles et sociales dont font preuve les migrants en puisant dans un répertoire de pratiques culturelles et de croyances. Afin d'examiner les différents aspects de la dynamique langagière des migrants, "la débrouille" est conceptualisée et analysée selon trois perspectives complémentaires : 1) comme pratiques socio-économiques ; 2) comme capital culturel ; 3) comme formation et présentation identitaire des individus et des groupes.

Cette recherche s'inscrit dans le cadre d'un projet intellectuel plus large (et ambitieux) visant à rapprocher la linguistique de l'économie. Elle vise en particulier à favoriser un dialogue plus approfondi avec certains économistes et linguistes sur la mobilité socio-économique des migrants, en s'éloignant de l'importance excessive accordée au niveau d'éducation dans l'évaluation de cette dernière. Elle cherche à mettre en évidence le fait que les catégories éducatives sur lesquelles de nombreux spécialistes de la migration et décideurs politiques s'appuient de manière excessive pour mesurer la capacité potentielle des migrants à "s'intégrer" dans leur société d'accueil sont chargées d'idéologie. En outre, et surtout, cette recherche soutient qu'elles ne parviennent pas à saisir le vaste répertoire de ressources que les migrants (doivent) déployer pour naviguer dans leur nouvel environnement.

Publications clés

Vigouroux, Cécile B. & Salikoko S. Mufwene. 2020. Bridging linguistics and economics London: Cambridge University Press.

Vigouroux, Cécile B.  2019. Language and (in)hospitality: The micropolitics of hosting and guesting.  Language, Culture and Society 1(1): 32–59.

Vigouroux, Cécile B.  2017. Rethinking (Un)skilled Migrants: Whose skills, what skills, for what and for whom? Routledge handbook of migration and language. S. Canagarajah (ed.), 312-329. London & New York: Routledge.

27880
2022-2023
Époque contemporaine (1789-...)