Accueil / Résidents / Emmanuel Kreike

Emmanuel Kreike

Université de Princeton
L'environcide et la matérialité des sites de mémoire dans les guerres de (contre-)insurrection d’après Seconde Guerre mondiale dans les pays du Sud
01 septembre 2022 -
28 février 2023
Histoire
FacebookTwitter

Emmanuel Kreike est professeur d'histoire à l'Université de Princeton, spécialisé dans l'histoire comparative de l'environnement africain et mondial. Il se concentre sur le lien entre la guerre, la société et l'environnement, en étudiant les expériences vécues de destruction de vies, de moyens de subsistance et de modes de vie causées par les conflits, les déplacements de population (réfugiés, déplacements forcés, commerce d'esclaves) et les défis de la reconstruction physique et conceptuelle des sociétés et des environnements vivables après les conflits. Sa principale source est l'histoire orale, par le biais d'entretiens ou saisie indirectement par le biais d'enquêtes, d'entretiens, de preuves judiciaires ou d'autres témoignages ou rapports. Il a récemment effectué un second mandat en tant que directeur du programme d'études africaines de Princeton. Il a été boursier de l'Institut néerlandais d'études avancées (NIAS) et de la Society of Fellows in the Liberal Arts, Conseil des sciences humaines de l'université de Princeton.

En septembre 2022, il est titulaire de la Chaire "Jean d'Alembert" soutenue par Paris-Saclay et l'IEA de Paris.

Sujets de recherche

Histoire de la guerre, de l'environnement et de la société ; histoire numérique et spatiale ; histoire de la vie rurale, de l'agriculture et de la sylviculture ; histoire orale.

L'environcide et la matérialité des sites de mémoire dans les guerres de (contre-)insurrection d’après Seconde Guerre mondiale dans les pays du Sud

Dans les conflits anti-insurrectionnels modernes tels que les guerres de libération indonésienne, vietnamienne, cubaine, algérienne, angolaise, mozambicaine, namibienne et sud-africaine, les forces de sécurité coloniales ont généralement pris pour cible les villages, les fermes, les champs, les sources d'eau et autres infrastructures environnementales dont dépendaient les insurgés et les populations rurales pour leur vie, leurs moyens de subsistance et leur mode de vie. Les populations étaient ainsi exposées à la famine et à la maladie, voire à l'écocide et au génocide. Ces guerres étaient décrites comme des "petites guerres" (guérillas) se déroulant dans la brousse ou la jungle, alors que, par exemple, la plupart des combats au Vietnam se déroulaient dans le delta du Mékong, une région très peuplée, remplie de villages, de fermes, de rizières irriguées et de plantations. Comme ces conflits étaient définis comme des guerres primitives (par opposition aux guerres régulières conventionnelles) et qu'ils se déroulaient dans la nature ou dans des zones sauvages, on a souvent pensé que les lois de la guerre et le droit international des droits de l'homme n'étaient pas applicables parce qu'ils étaient destinés à empêcher la destruction d'artefacts humains et de la culture humaine et non de la nature et des ressources naturelles. Le droit international de l'environnement est censé empêcher une telle destruction, mais il n'y a jamais eu de poursuites réussies pour destruction environnementale en temps de guerre.

Publications clés

Kreike, Emmanuel, Re-Creating Eden: Land Use, Environment, and Society in Southern Angola and Northern Namibia (Heinemann, 2004).  

Kreike, Emmanuel, Environmental Infrastructure in African History: Examining the Myth of Natural Resource Management in Namibia (Cambridge University Press, 2013).

Kreike, Emmanuel, Scorched Earth: Environmental Warfare as a Crime against Humanity and Nature (Princeton University Press, January 2021).

27 Sep 2022 10:00 -
27 Sep 2022 13:00,
Environcide and the Materiality of Memory Sites in Post-WWII (Counter)Insurgency Wars in the Global South

27858
2022-2023
Époque contemporaine (1789-...)