Accueil / Résidents / Johan Lagae

Johan Lagae

Professeur
Université de Gand
Tissus urbains et époques : paysages, typologies et trajectoires dans les villes congolaises
01 septembre 2019 -
31 janvier 2020
Architecture et aménagement de l'espace
FacebookTwitter

Johan Lagae est ingénieur-architecte diplômé et professeur titulaire à l'Université de Gand, où il enseigne l'histoire de l'architecture et de l'urbanisme du XXe siècle, en particulier dans les régions au-delà de l'Europe. Son principal domaine de recherche est l'histoire architecturale et urbaine coloniale et postcoloniale de la République démocratique du Congo. Il a publié de nombreux articles sur les villes de Lubumbashi et de Kinshasa et est en train de finaliser un atlas historique sur la ville portuaire de Matadi. Entre 2010 et 2014, il a coprésidé l'action COST "Architecture européenne au-delà de l'Europe" (IS0904). Il siège actuellement au comité de rédaction de l'ABE-Journal et agit à titre de consultant externe pour des projets de recherche à Lisbonne, Vienne et Montréal. Depuis 2005, il a participé et (co)organisé plusieurs expositions en lien avec le Congo et l'Afrique, en Belgique et à l'étranger.

Sujets de recherche

Histoire architecturale et urbaine du XXe siècle en Afrique subsaharienne ; histoire coloniale et postcoloniale ; patrimoine bâti colonial ; photographie coloniale ; histoire architecturale des expositions universelles ; émergence d'experts transnationaux/globaux en construction et planification après 1945 ; architecture belge aux XXe et XXIe siècles.

Tissus urbains et époques: Paysages, typologies et trajectoires dans les villes congolaises

Les paysages urbains congolais témoignent de forces complexes, tant formelles qu'informelles, qui se sont manifestées sur de longues périodes, souvent à l'époque précoloniale, mais dont l'intensité de croissance s'est accélérée pendant les périodes coloniale et postcoloniale. Aujourd'hui, ces tissus urbains constituent des patchworks et des palimpsestes intrigants, y compris des bâtiments datant de différentes époques, qui continuent à fonctionner quel que soit leur état physique ou leur transformation dans le temps. Alors que certains chercheurs ont soutenu qu'en raison de la dégradation et de l'échec des infrastructures urbaines, l'urbanité d'une ville comme Kinshasa existe "au-delà de son architecture" et nécessite donc d'étudier la ville imaginaire, "invisible", je soutiens que l'analyse des paysages urbains matériels et des formes urbaines offre un moyen puissant pour révéler les "processus urbains" qui ont façonné ces villes et les ont formées. En m'attaquant à diverses échelles (de l'arrière-pays de la ville à l'intérieur de la maison) et en accordant une attention égale aux bâtiments historiques et aux infrastructures mondaines, je cherche à étudier les évolutions des stratégies descendantes de représentation politique, d'ingénierie sociale et de ségrégation (raciale), ainsi qu'à souligner certains épisodes des stratégies quotidiennes de réappropriation et de contestation, produisant ainsi des formes novatrices de narration historique, de représentation et de visualisation.

 

20608
2019-2020
Époque contemporaine (1789-...)
Afrique subsaharienne