Accueil / Résidents / Raluca Grosescu

Raluca Grosescu

Chercheuse
Université de Bucarest
Utilisations juridiques et politiques du droit pénal international devant les tribunaux nationaux
01 septembre 2019 -
30 juin 2020
Sciences politiques
FacebookTwitter

Raluca Grosescu est titulaire d'un doctorat en sciences politiques de l'Université de Paris Nanterre et est actuellement chercheuse à l'Université de Bucarest, faculté des sciences politiques. Auparavant, elle a été chercheuse associée à l'Université d'Exeter et boursière postdoctorale à l'Institut d'études européennes mondiales, à Bâle. Elle est collaboratrice du projet "Criminalisation du passé dictatorial en Europe de l'Est et en Amérique latine dans une perspective mondiale" (Université d'Exeter) et directrice de recherche du projet "Justice transitionnelle en Roumanie dans une perspective mondiale". Parmi ses publications les plus récentes figurent Justice, Memory and Transnational Networks. European and South American Entanglements (special issue of Global Society, 2019) et  Transitional Criminal Justice in Post-Dictatorial and Post-Conflict Societies (Intersentia, 2015).

Sujets de recherche

Justice post-dictatoriale et post-conflit en Amérique latine et en Europe centrale et orientale ; Justice transnationale et mémoire ; Droit international pénal et humanitaire ; Entreprises et droits humains ; Sociologie politique

Utilisations juridiques et politiques du droit pénal international devant les tribunaux nationaux

L'Argentine, la Bulgarie, le Paraguay et la Roumanie dans une perspective globale

Mon projet explore comment les tribunaux nationaux d'Amérique latine et d'Europe centrale et orientale ont contesté et transformé le droit pénal international (LCI) dans les procès intentés contre d'anciens fonctionnaires autoritaires après la "troisième vague" de démocratisation. Contrairement aux approches centrées sur l'ONU qui ont dominé la recherche sur la LCI, le projet explore le rôle de deux soi-disant " semi-périphéries " du système international dans la formation des normes mondiales. Il montre comment des acteurs juridiques d'Amérique latine et d'Europe centrale et orientale ont créé de nouvelles lectures de la LCI et contesté un ordre juridique international existant qu'ils considéraient incapable de traiter les crimes commis par les régimes militaires et communistes. Ces réinterprétations ont été déterminées par la recherche de la lutte contre l'impunité dans des contextes nationaux spécifiques et par le souci de construire une mémoire juridique internationale qui inclurait la répression de masse perpétrée par les dictatures communistes et militaires. Le livre résultant de mes recherches retracera les tendances similaires de la refonte de la LCI dans les pays et les régions et montrera leur impact sur le système international à travers la circulation transfrontalière et juridictionnelle et à travers les intenses conflits (et contestations) qu'ils ont suscités au sein de la communauté juridique internationale.

 

20606
2019-2020
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région