Accueil / Résidents / Sonia Gentili

Sonia Gentili

Professeure
Université Sapienza de Rome
Pour une histoire des idées sur la poésie. Poésie et contingence dans le Moyen Âge italien
01 septembre 2021 -
30 juin 2022
Littératures
FacebookTwitter

Sonia Gentili est professeure de littérature italienne à l'Université Sapienza de Rome et une écrivaine primée à plusieurs reprises. Ses recherches portent sur la littérature italienne médiévale (Dante, Pétrarque, Boccace, la poésie lyrique ancienne, la vernacularisation des textes d’Aristote, Homère dans le Moyen Âge grec et latin et les Classiques du Moyen Âge), et sur la littérature italienne des XIXe-XXe siècles (Leopardi, Foscolo, Pascoli, Brancati, Morante, Pasolini, Bassani, P. Levi, les sources bibliques dans la littérature italienne du XXe siècle, la littérature et la politique du XXe siècle).  Elle s'intéresse également aux relations entre la littérature et la philosophie, à l'histoire des idées et aux études sur la réception. Actuellement, elle travaille sur la poésie comme enjeu épistémique à travers les âges afin de retracer une histoire « longue durée » de ce concept.

Sujets de recherche

Littérature italienne (Moyen Âge, XIXe-XXe siècles), Histoire des idées, Classiques

Pour une histoire des idées sur la poésie. Poésie et contingence dans le Moyen Âge italien

Est-il possible d'écrire une histoire des idées qui traite de la poésie ? Ce projet entend répondre à cette question, en se concentrant sur la littérature italienne. Il vise à reconstituer la naissance et l'évolution médiévale d'idées pérennes et néanmoins conflictuelles sur la poésie.

De nos jours, ces idées sont encore au cœur d'un débat qui se nourrit de la tension entre l'idée de la poésie comme vérité (divine, philosophique ou simplement abstraite) d'une part et, d'autre part, la poésie comme miroir des multiples manifestations de la réalité. Cette tension trouve son origine dans la tradition platonicienne qui s'est transmise de l'Antiquité tardive jusqu'au Moyen Âge.

Ainsi, la poésie médiévale a apporté à son héritière, la littérature néolatine, des appréciations contradictoires de la poésie : d'une part, la poésie est associée au contingent, au domaine des apparences, du faux et de l'instabilité ; d'autre part, la poésie théologique ou philosophique est identifiée à la vérité universelle mais sa valorisation est troublée par l'idée que l'image poétique est enracinée dans la perception sensorielle.

Ce projet a pour but de constituer une monographie qui offre une reconstruction approfondie et complète des deux cadres thématiques (premièrement, la relation entre la poésie et la contingence ; deuxièmement, la relation entre la poésie et le concept) mettant en lumière les origines d'idées anciennes sur la poésie, encore vivantes aujourd'hui.

Dans ce projet, la culture littéraire se conçoit comme un carrefour de discours multiples (philosophie, science, littérature), en partant de l'hypothèse que c'est précisément à ce carrefour que la littérature développe ses trajectoires épistémiques spécifiques au sein de la société.

Publications clé

Gentili Sonia, L'uomo aristotelico alle origini della letteratura italiana, Carocci editore, 2005, 288 p.

Gentili Sonia, Novecento scritturale. La letteratura italiana e la Bibbia, Carocci editore, 2016, 264 p. (Le Frecce ; 207)

Gentili Sonia, « Poesia e immagine : storia di un’idea da Boezio a Boccaccio », in Letteratura & Arte, n°16, 2018, p. 159-174.

Publication récente

Gentili Sonia, « Poesia e filosofia a Firenze tra Santa Croce e Santa Maria Novella », in J. Bartushat, E. Brilli, D. Carron, (eds.), The Dominicans and the making of Florentine Cultural Identity (13th-14th Centuries) / I Domenicani e la costruzione dell’identità culturale fiorentina (XIII-XIV secolo), Firenze University Press, 2020, p. 225-241. http://doi.org/10.36253/978-88-5518-046-7.14 

26371
2021-2022
Moyen Âge (476-1492)
Europe occidentale