Accueil / Résidents / Susan Clayton

Susan Clayton

Professeure
College of Wooster
Chaire de psychologie Whitmore-Williams
Explorer les relations perçues entre questions environnementales et questions sociales
01 septembre 2021 -
30 juin 2022
Psychologie
FacebookTwitter

Susan Clayton est titulaire de la chaire de psychologie Whitmore-Williams du College of Wooster, Ohio, États-Unis. Ses recherches portent sur la relation de l'homme avec la nature, sur la construction sociale de cette relation et sur la possibilité de l’utiliser pour promouvoir la préservation de l'environnement. Elle a beaucoup écrit sur l'impact des visites de zoos sur les attitudes environnementales et sur l'impact du changement climatique sur la santé mentale et le bien-être psychosocial. Susan Clayton est membre de l'Association américaine de psychologie (APA), de la Société pour la psychologie environnementale, des populations et de la conservation (SEPCP), de la Société pour la psychologie sociale et de la personnalité (SPSP) et de la Société pour l’étude psychologique des questions sociales (SPSSI). Elle sera l'un des principaux auteurs du 6e rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), à paraître bientôt.

Sujets de recherche

Perceptions des questions environnementales, Émotions et comportement en réponse à la dégradation de l’environnement et au changement climatique, Identité environnementale

Explorer les relations perçues entre questions environnementales et questions sociales

Ce programme de recherche a trois objectifs.

Premièrement, il étudie les perceptions des problèmes environnementaux, en mettant particulièrement l'accent sur les points de vue des membres de la société qui sont marginalisés. Il s’agit de déterminer grâce à une série de groupes de discussion si ces personnes perçoivent les problèmes environnementaux tels que le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution comme étant liés d’une part à des problèmes sociaux tels que le racisme et la pauvreté, et d’autre part comme des menaces pour la santé publique (santé physique et mentale). Il faut également interroger ces personnes sur les motivations qui les poussent à adopter des comportements en faveur de la protection de l’environnement, et leur demander si ceux-ci servent d’autres objectifs en plus, tels que le bien-être personnel ou social. Dans le prolongement de cette enquête, il faut enfin déterminer si les personnes qui perçoivent des liens entre questions environnementales et sociales ont un souci plus grand de l’environnement, et adoptent un comportement pro-environnemental.

Le deuxième objectif est d'explorer, à l'aide d'une enquête, les relations réelles entre les expériences que les personnes ont de la nature, et leur perception de la santé mentale et du bien-être.

Le troisième objectif est de tester expérimentalement l'impact de la sensibilisation des gens aux liens entre questions environnementales et sociales, sur la prise en compte et le soutien de politiques publiques connexes, ainsi que sur les intentions de comportement pro-environnemental. De plus, les résultats de ce projet ont vocation à orienter les recommandations en matière de communication afin d'encourager plus efficacement le soutien des individus à la préservation de l'environnement.

26342
2021-2022
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région