Accueil / Résidents / Marylène Lieber

Marylène Lieber

Professeure associée
Université de Genève
Qui doit être protégé dans la rue ? Les réglementations contrastées sur la présence des femmes dans l’espace public
01 septembre 2018 -
30 juin 2019
Sociologie
FacebookTwitter

Marylène Lieber est maître de conférences en études de genre à l’université de Genève. Sociologue, elle est spécialiste de la violence contre les femmes dans l’espace public et de la migration chinoise, et s’intéresse tout particulièrement à la prostitution chinoise à Paris. Elle a une expérience internationale en tant que chercheuse en France (université de Versailles-Saint-Quentin), en Suisse (universités de Neuchâtel et de Genève) et dans le monde chinois (université Renmin de Chine à Pékin ; CEFC, Taipei et Hong Kong). Elle a publié entre autres Genre, violences et espaces publics, la vulnérabilité des femmes en question (Presses de Science Po, 2008) et « La sexualité comme ressource migratoire : les Chinoises du Nord à Paris» (avec F. Lévy, Revue Française de Sociologie, vol. 50, 2009).

Sujets de recherche

Violence liée au genre ; espace public ; genre et migration ; politiques publiques ; sociologies des problèmes publics ; Chine ; migration chinoise

Qui doit être protégé dans la rue ? Les réglementations contrastées sur la présence des femmes dans l’espace public

Mon projet de recherche entend analyser les politiques et les programmes urbains visant à assurer la sécurité des femmes dans la rue. Ce projet s’intéresse au cas de Paris, dans le cadre d’une étude des processus d’inclusion et d’exclusion, lesquels constituent une question clé de la recherche sur l’espace public et les politiques urbaines. Il étudiera les différentes règles et politiques qui régissent la présence des femmes dans l’espace public, et analysera en quoi des programmes genrés, censés concerner toutes les femmes, contribuent à classer certains groupes comme légitimes et d’autres comme dangereux ou indésirables, et certains individus comme autonomes quand d’autres sont considérées comme devant être protégées. Ce projet explorera tout particulièrement les différentes manières dont est traitée la question du harcèlement de rue et de la violence contre les femmes dans l’espace public dans le projet parisien Genre et espace public, dans le contrat local pour la sécurité et dans le cadre de la gestion de la prostitution de rue. Il s’agit de mettre en lumière la façon dont les politiques de la ville et la gestion de l’espace public urbain façonnent (et sont façonnées par) différentes représentations de la vulnérabilité et de l’autonomie des femmes, selon des lignes de démarcation telles que la classe, la sexualité, la culture et l’origine ethnique. Si les critiques des programmes participatifs urbains reposent souvent sur l’exemple de la diversité religieuse, ce projet analyse des réglementations qui concernent des groupes de femmes généralement considérés comme très différents (les travailleuses du sexe et les autres), et entend souligner la construction morale des féminités qui sous-tendent les politiques urbaines en faveur des femmes.

16 Nov 2018 10:00 -
16 Nov 2018 18:00,
Paris :
L’envers des politiques de lutte contre le harcèlement de rue et les nouveaux indésirables dans les espaces publics urbains
Communication de M. Lieber, résidente 2018-2019 de l'IEA de Paris
28 Sep 2018 09:00 -
28 Sep 2018 12:00,
Pantin :
Genrer la ville, vers de nouvelles exclusions ?
Communication de M. Lieber, résidente 2018-2019 de l'IEA de Paris
25 Sep 2018 18:00 -
25 Sep 2018 20:00,
Bruxelles :
Partager la ville : une utopie
Projet de recherche : "Qui doit être protégé dans la rue ? Les réglementations contrastées sur la présence des femmes dans l’espace public"
18025
2018-2019
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région