Accueil / Résidents / Noam Maggor

Noam Maggor

Université Queen Mary de Londres
Le Grand Bond en avant américain : Le Léviathan Yankee et la naissance du capitalisme moderne
01 septembre 2022 -
30 juin 2023
Histoire
FacebookTwitter

Noam Maggor est maître de conférences à l'école d'histoire de l'université Queen Mary de Londres. Il est historien des États-Unis pendant le "long" XIXe siècle et s'intéresse à l'histoire du capitalisme, de l'État, des entreprises, du populisme et de l'économie politique comparée. Son premier livre, Brahmin Capitalism : Frontiers of Wealth and Populism in America's First Gilded Age, publié par Harvard University Press en 2017, a examiné comment une illustre cohorte de financiers bostoniens a contribué à transformer le capitalisme américain à la fin du XIXe siècle. Maggor s'intéresse plus généralement à repenser le changement économique en tant qu'élément politique et profondément idéologique, transcendant les clivages conceptuels entre économie, politique, culture et société. Il a été boursier à Harvard, Cornell, Vanderbilt et à l'université de Tel Aviv.

Sujets de recherche

Histoire des États-Unis, Histoire urbaine/spatiale, Histoire du capitalisme, Histoire de la mondialisation.

Le Grand Bond en avant américain : Le Léviathan Yankee et la naissance du capitalisme moderne

Au cours des dernières décennies du XIXe siècle, les États-Unis ont connu une transformation spectaculaire, l'ancienne république esclavagiste exportatrice de coton devenant la première nation industrielle du monde. Comment ce passage brutal des exportations agricoles à l'industrie à grande échelle s'est-il produit ? Les recherches de Noam Maggor démontrent le rôle central des politiques du gouvernement américain dans ce changement. Le chercheur montre comment les institutions gouvernementales ont déployé un ensemble de politiques promotionnelles pour orchestrer le développement économique. Loin d'être subordonné aux intérêts des entreprises, l'État n'a pas seulement créé des marchés, mais a aussi façonné de manière plus proactive l'activité du marché, ce qui a donné naissance à un véritable État développeur. Cette recherche explore les États-Unis aux côtés d'autres économies frontalières à la fin du XIXe siècle, examinant les États-Unis, non pas comme un hégémon mondial naissant, mais comme une nation en développement. Il s'interroge sur les raisons pour lesquelles les États-Unis se sont industrialisés alors que d'autres nations en pleine expansion sont devenues de plus en plus dépendantes des exportations agricoles.
Étant donné la place dominante des États-Unis dans la façon dont le capitalisme moderne a longtemps été théorisé et compris, cette recherche vise à s'engager dans un éventail de domaines de recherche en sciences sociales. Elle met en lumière une histoire plus complexe des relations entre l'État et le marché dans le cadre du capitalisme que les paradigmes existants n'ont pas voulu le faire. Compte tenu notamment de la montée en puissance de la Chine et des répercussions politiques de Covid, qui ont atténué la résilience du consensus de Washington, le projet vise à faire partie d'une nouvelle réflexion urgente sur le capitalisme, non pas strictement comme un système dirigé par le marché, mais comme une coproduction d'acteurs privés et publics.

Publications clés

“To Coddle and Caress These Great Capitalists: Eastern Money, Frontier Populism, and the Politics of Market-Making in the American West,” American Historical Review (February 2017) - Winner of the William Nelson Cromwell prize for best article in American legal history.

Brahmin Capitalism: Frontiers of Wealth and Populism in America’s First Gilded Age (Harvard University Press, 2017)

Publication récente

“The United States as a Developing Nation: Revisiting the Peculiarities of American History,” co-authored with Stefan Link, Past & Present (February 2020).

27867
2022-2023
Époque contemporaine (1789-...)