Home / Fellows / William Hanks

Fellows

William Hanks

Professor of Anthropology
Berkeley Distinguished Chair in LInguistic Anthropology, Department of Anthropology, University of California.
Séminaire proposé par William HANKS
01 November 2008 -
30 June 2009
Social anthropology and ethnology
FacebookTwitter

Son projet de recherche s'inscrit dans le cadre du programme thématique "anthropologie d'hier à aujourd'hui", coordonné par Claude Imbert, professeur au département de philosophie de l’École normale supérieure.

2008 est l’année du centenaire de Merleau-Ponty et de Lévi-Strauss. Leurs œuvres, qui se font écho plus qu’il n’y parut d’abord, ont affecté le projet et la notion même des sciences humaines. Le moment est venu de prendre la mesure des inflexions qu’ils y ont imprimées : modifications ou totale révision, on n’en décidera pas à l’avance. Ecartant d’emblée l’exégèse commémorative, on s’attachera à ce qui vaut comme un point de non retour. Cette rencontre entre philosophie et anthropologie a depuis déployé anonymement ses conséquences quant aux lieux et manières d’une objectivité philosophique.

Tout aussi factuelle est la généralisation dans les sciences humaines de méthodes et d’intérêts empruntés à l’ethnographie : ainsi la micro-histoire ou l’histoire des sciences quand elle se tourne vers le paléolithique ou la clinique post-génomique.

Enfin, sur un siècle, les philosophes ont appris qu’aucune herméneutique interne à leur propre régime conceptuel ne répondrait à leurs demandes. Durkheim et Mauss ont préparé la place pour ce que Lévi-Strauss a défini comme savoir anthropologique. L’intelligence philosophique y est mise à l’épreuve. Une note de travail de Merleau-Ponty le disait sans ambages : considérer Descartes en ethnographe.

Ces points de fait, parmi d’autres, offrent de bonnes raisons pour reconsidérer le projet des Lumières. Rien d’idéologique ici : l’anthropologie, à bien des égards, vient occuper la place ouverte et laissée vide dans l’encyclopédie de d’Alembert et Diderot, hâtivement fermée dans la décennie suivante par le transcendantalisme. On sait comment le criticisme a scellé la question dans son architecture encyclopédique, liée à une figure propositionnelle et prédicative du savoir que confirmait une anthropologie pragmatique. Le premier modernisme, galiléen, s’est achevé sur ce partage entre une rubrique nommée et restée vide et un non possums.

Dans le même temps, Buffon insérait dans son histoire naturelle un chapitre de l’homme, du Marsais multipliait les rubriques linguistiques dans le dictionnaire raisonné des sciences, entre quelques réflexions polémiques sur le rythme, la mélodie et l’harmonie. Les planches accompagnant les volumes alphabétiques multipliaient les cartographies visuelles que Jeaucourt approchait sous l’espèce de la peinture paysagiste anglaise. Comme il se fait toujours, ces incises et savoirs latéraux ont définitivement archaïsé la systématique, En meublant de schèmes médiateurs ces réalités d’expérience qu’aucune extension dialectique ne pouvait circonscrire, ils ont jeté une lumière crue sur une méthode qui avait épuisé ses ressources.

On s’appuiera sur la modification des paradigmes de l’intelligibilité, tels qu’ils se sont définis au cours des récentes décennies, en commençant par les médiateurs du savoir, linguistiques et visuels. Le moment est venu de prolonger le linguistique et plus récemment l’iconique sur deux versants : l‘implémentation cognitive sur une organisation neuronale, moins déterministe, plus ouverte à l’apprentissage et au montage qu’on ne l’a dit, et le dépliement de ces opérations de savoir dans la publicité de régimes symbolique de divers types, bien loin d’être suffisamment inventoriés. Une anthropologie du monde contemporain, son régime expérimental, y sont impliqués.

Le séminaire portera sur les pratiques du langage sous trois perspectives principales, chacune desquelles représente une trajectoire de recherche:
(1) La deixis dans le parler quotidien en maya yucatèque contemporain, ce qui implique l’analyse linguistique des formes de la deixis et la description ethnographique des contextes d’énonciation. La perspective indexicale nous conduit au champs perceptif, spatial, affectif et surtout interactif de l’énonciation.
(2) La formation historique de la langue maya contemporaine pendant l’époque colonial au Yucatan (du XVIe au XIXe siècle), ce qui implique l’analyse historique des documents et de divers ouvrages écrits en maya colonial, ainsi qu’en latin et en l’espagnol. Ces documents comprennent plus de neuf genres de texte écrits et oraux. C’est donc tout le problème du contexte qui se pose dans la lecture des documents coloniaux, tout comme dans la compréhension de l’énonciation.
(3) Le discours chamanique en maya aujourd’hui, qui est l’héritier moderne de l’histoire coloniale. On y retrouve maintes traces du système colonial, que l’on peut déceler par l’analyse du style, des genres et du savoir expert du chaman. Le rite se déroule dans un contexte d’interaction entre le chaman, ses esprits familiers, le(s) patient(s) et parfois, un public en coprésence. Il se déroule donc un champ indexical tout particulier où le rôle de l’énonciateur prend plusieurs valeurs.

05 Dec 2008 00:00 -
08 Jan 2009 00:00,
Pratiques du langage : Indexicalité, Histoire et Discours rituel chez les mayas

350
2008-2009
Other or several periods