Accueil / Résidents / Andrea Pinotti

Andrea Pinotti

Professeur
Università degli Studi di Milano
Hyperimage. Simulation, immersion et le défi des environnements hyperréalistes
01 septembre 2017 -
30 juin 2018
Philosophie
FacebookTwitter

Andrea Pinotti est professeur d'esthétique, de la représentation et de la théorie de l'image à l'Université de Milan. Il a été chercheur invité à l'Italian Academy for Advanced Studies de l'Université Columbia de New York, à l'EHESS, à la FMSH, à l'Institut Warburg de Londres et au ZfL de Berlin ainsi que professeur invité à l'Université Jean-Moulin Lyon 3 et directeur de programme au Collège international de philosophie de Paris, de 2010 à 2016. Parmi ses publications, on compte : Estetica della pittura (2007), Cultura visuale. Immagini sguardi media dispositivi (en collaboration avec A. Somaini, 2016) et L'empathie. Histoire d'une idée de Platon au posthumain (2016).

Research interest

Esthétique des arts visuels ; théories de l'image ; études sur la culture visuelle ; études sur la mémoire, notamment à travers la monumentalité et l'anti-monumentalité ; théories de l'empathie ; conceptualisation de la morphologie par Goethe et son héritage contemporain.


Hyperimage. Simulation, immersion et le défi des environnements hyperréalistes

Depuis les premières tentatives de création d'un cinéma stéréoscopique (Stereokino) par Sergueï Eisenstein, dans les années quarante, de nombreux efforts intellectuels, technologiques et financiers ont été réalisés afin de produire des images artificielles de synthèse à même de créer une expérience visuelle indistinguable de la réalité concrète par le spectateur : une "hyperimage" qui ne serait plus une "image de", mais se présenterait immédiatement comme l'objet qu'elle représente. De nombreux domaines ont été affectés par cette quête :

  • L'expérience filmique est transformée par le cinéma 3D et 4D, à la fois dans les cinémas traditionnels et dans les systèmes de home cinema.
  • Les jeux vidéo dont l’expérience est intensifiée par des environnements virtuels immersifs.
  • L'expérience artistique est enrichie par des installations interactives.
  • Le monde professionnel est profondément remodelé en fonction de nouvelles technologies d'imagerie.
  • La vie quotidienne est enrichie d'applications grand public et simples d’utilisation qui superposent la vision physiologique avec des images de réalité augmentée.

Dans un futur proche, la large diffusion de casques de réalité virtuelle (comme l'Oculus Rift qui est sorti récemment) renforcera le paradoxe d'une expérience de plus en plus conditionnée par un média intermédiaire, mais donnant toujours plus l'impression d'une présence immédiate. Une conséquence majeure de ce paradoxe est la disparition de la limite entre image et réalité : ce qui constituait auparavant une violation exceptionnelle des frontières (des éléments de l'image qui dépassent du cadre ou de l'écran ou, à l'inverse, des éléments réels entrant dans l'image) est désormais une norme et n'est plus considéré comme intrusif.

Le projet de recherche s'efforce de répondre à cette vaste constellation de problématiques avec le développement d’une approche transdisciplinaire à même de nous offrir une compréhension critique de ce phénomène.

 

Communication d'A. Pinotti, résident 2017-2018 de l'IEA de Paris
10 Nov 2017 15:45 -
10 Nov 2017 16:15,
Florence :
Stereoeisentein. The Desire of Self-Negating Images
22 Sep 2017 14:55 -
22 Sep 2017 15:50,
Lyon :
Le régime des écrans est-il un “régime scopique”? Sur quelques problèmes de l’historicité de la perception
16 Sep 2017 15:00 -
16 Sep 2017 16:30,
Sassuolo :
La lezione dei classici: "L'opera d'arte nell'epoca della sua riproducibilità tecnica" di Walter Benjamin
10845
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région