Accueil / Résidents / Daniel Garber

Daniel Garber

Professeur
Princeton University
Comment la philosophie est devenue moderne au XVIIe siècle
01 octobre 2017 -
30 juin 2018
Philosophie
FacebookTwitter

Daniel Garber est détenteur de la chaire A. Watson J. Armour III au département de philosophie de l'Université de Princeton, où il enseigne également les sciences politiques et l'histoire des sciences en tant que professeur affilié. Il a enseigné à l'Université de Chicago de 1975 à 2002 ainsi qu'en tant que chercheur invité à la Johns Hopkins University, à l'Institute for Advanced Study de Princeton et à l'École Normale Supérieure de Lyon, entre autres. M. Garber est titulaire d'une bourse Guggenheim et est membre de l'Académie américaine des arts et des sciences. Son dernier ouvrage, intitulé Leibniz: Body, Substance, Monad (Oxford University Press, 2009), est une étude contextuelle du raisonnement complexe suivi par Leibniz pour aboutir à ses observations finales sur les aspects fondamentaux de la métaphysique et la constitution du monde physique.

Sujets de recherche

Relations entre la philosophie, la science et la société pendant la période de la "Révolution scientifique", notamment la perception de l’émergence d’une nouvelle philosophie des sciences et de l'éclipse de la scolastique aristotélicienne pendant cette période, l'impact de nouvelles institutions telles que les sociétés scientifiques et les revues savantes sur la pensée scientifique et philosophique, ainsi que les relations entre la religion et la politique à l'époque moderne.


Comment la philosophie est devenue moderne au XVIIe siècle

Mon projet consiste à étudier l'émergence d'une philosophie qui se considérait elle-même comme moderne au début du XVIIe siècle. Descartes est considéré généralement comme le père de la philosophie moderne, mais il s'agit là d'une fausse idée. À l'époque où Descartes était étudiant, il existait déjà un groupe dynamique et extrêmement divers, appelé "novatores" ou innovateurs, qui remettait en question l'orthodoxie aristotélicienne enseignée dans les écoles. C'est dans ce contexte, où évoluent ces personnages très controversés, que Descartes rédigea ses écrits philosophiques et que ses contemporains purent lire ses premières publications. Mon objectif est de comprendre comment l'idée d'une philosophie moderne a émergé au début et jusqu'au milieu du XVIIe siècle, et comment la nouveauté en philosophie, auparavant considérée comme dangereuse et menaçante pour l'orthodoxie religieuse, finit par être acceptée et encouragée. D'autre part, je souhaite comprendre le lien entre ces novatores et la tradition aristotélicienne qu'ils rejetaient, la façon dont ils se définissaient par rapport aux autres penseurs modernes et la place que leur accordaient les acteurs de cette période dans l'histoire de la philosophie. Pour résumer, je souhaite saisir la complexité de cette période : ce que signifiait écrire et essayer de comprendre le monde à une époque où l'autorité de la scolastique aristotélicienne était contestée, où l'avenir du monde intellectuel était indéterminé et où des personnes comme Descartes n'étaient pas encore des figures canoniques.

7295
2017-2018
Époque moderne (1492-1789)
Europe occidentale
dgarber@princeton.edu