Accueil / Résidents / Daniel Mercure

Daniel Mercure

Professeur
Université Laval
Changements organisationnels et nouveau rapport au travail
01 janvier 2018 -
30 juin 2018
Sociologie
FacebookTwitter

Daniel Mercure est professeur titulaire au Département de sociologie de l’Université Laval, président d’honneur de l’Association internationale des sociologues de langue française, fondateur et coprésident du Comité international Sociologie du travail et directeur-fondateur de la collection Sociologie contemporaine aux Presses de l’Université Laval. Il a été professeur ou chercheur invité dans plusieurs universités et centres de recherche aux États-Unis, en Europe et en Angleterre. Membre élu de l’Académie des sciences sociales de la Société royale du Canada et récipiendaire de l’Ordre de la Pléiade, il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages, surtout dans le domaine de la sociologie du travail.

Sujets de recherche

Les interrelations entre les transformations du monde du travail et les changements socio-économiques et culturels, spécialement en ce qui a trait aux nouvelles pratiques managériales et aux régimes de mobilisation de la subjectivé au travail. L’étude des formes novatrices de rapport au travail constitue le point nodal de ses travaux en cours.

Changements organisationnels et nouveau rapport au travail

L’objectif du projet est d'étudier les incidences des transformations des modes d’organisation du travail et des pratiques managériales sur la reconfiguration du rapport au travail. Dans quelle mesure, et selon quelles modalités, ces transformations sous contrainte économique ont-elles modifié, au cours des trente dernières années, le rapport au travail des salariés?

Trois périodes sont distinguées sur la base de trois critères:
1) les grandes étapes de la flexibilisation des entreprises,
2) de la transformation du rapport salarial,
3) et des pratiques managériales (manière de produire, lien d'emploi et régime de mobilisation au travail).

L’analyse des changements du rapport au travail (attitudes à l'égard des principales composantes du travail et comportements en emploi) repose sur l’étude de données de première main, issues d'une vaste enquête quantitative et de 140 biographies professionnelles de quatre cohortes générationnelles (retraités compris), et l’étude de données secondaires, tirées de plusieurs monographies et enquêtes étalées dans le temps.

L'analyse consistera à dégager les lignes directrices des principales transformations organisationnelles et managériales (formes de mobilisation des salariés) qui ont eu des incidences sur le rapport au travail. Nous formulons l'hypothèse que les changements sont de grande amplitude.

10844
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Amérique du Nord