Accueil / Résidents / Elizabeth Spelke

Elizabeth Spelke

Professeur
Harvard University
Chaque enfant compte : combattre l'illettrisme et l'innumérisme chez les enfants pauvres
01 septembre 2017 -
31 janvier 2018
Psychologie

Elisabeth Spelke est professeur au département de psychologie de Harvard et participe aux travaux du Center for Brains, Minds, and Machines du MIT. Après avoir enseigné à l'Université de Pennsylvanie, l’université Cornell et le MIT, elle est aujourd’hui membre de la National Academy of Sciences des Etats-Unis et de la American Academy of Arts and Sciences, et appartient à l'équipe des chercheurs étrangers de la British Academy. Elle a reçu entre autres le prix Carvahlo-Heineken en sciences cognitives (2016), le prix de la National Academy of Sciences en sciences cognitives et psychologie (2014), le prix Jean Nicod (2009), ainsi que des diplômes honorifiques des universités d'Umea (1993), Paris-Descartes (2007), d’Utrecht (2010) et de l'École pratique des hautes études (1999). Ses travaux sont fortement marqués par trois séjours de recherche passes à Paris, qui ont donné lieu à des collaborations à long terme avec des chercheurs en sciences cognitives et en sciences du cerveau.

Sujets de recherche

Connaissance des objets, des êtres animés, du monde social, de la géométrie et des nombres par les enfants en bas âge. Développement par les enfants de nouveaux systèmes de connaissances, en particulier avant le début de la scolarisation. À travers ces recherches et par le biais de collaborations interdisciplinaires avec des neuroscientifiques, des spécialistes des sciences cognitives computationnelles, des philosophes, des linguistes et des économistes, E. Spelke cherche à comprendre la capacité spécifiquement humaine à apprendre de façon particulièrement rapide et flexible.

Chaque enfant compte : combattre l'illettrisme et l'innumérisme chez les enfants pauvres

En collaboration avec Esther Duflo et Stanislas Dehaene, je mettrai au point une expérience consistant à évaluer deux jeux destinés à des enfants pauvres en maternelle, leur permettant de travailler et de développer des compétences de base en mathématiques et en lecture. Le projet s'appuie sur des recherches antérieures menées avec Esther Duflo en Inde. Lors d'une expérience de terrain actuellement achevée, nous avons réparti les enfants de 214 classes de maternelle en trois groupes, le premier recevant des jeux mathématiques (fondés sur les acquis de la recherche cognitive en matière de l’apprentissage des nombres et du sens de l'espace), le deuxième des jeux présentant la même structure, mais ayant un contenu social (sous contrôle) et le troisième suivant le programme normal de maternelle (groupe sans contrôle). Les aptitudes mathématiques scolaires de tous les enfants ont été évaluées une fois avant et quatre fois après la mise en œuvre de cette expérience qui a duré quatre mois. En comparant les résultats des groupes, les enfants qui avaient joué aux jeux mathématiques présentaient une amélioration durable de leurs aptitudes numériques et géométriques. Une seconde expérience de terrain est en cours, élaborée avec Esther Duflo et avec la participation de Stanislas Dehaene. Elle élargit le cadre de l’étude en introduisant des éléments symboliques dans les jeux mathématiques. Nous allons développer des jeux destinés à préparer les enfants pauvres de niveau maternel à l'apprentissage de la lecture. Je travaille également avec Emmanuel Dupoux et Pierre Jacob pour développer des interventions destinées à améliorer la capacité et la motivation des enfants pauvres à apprendre auprès d'adultes capables de lire, d’écrire et de compter. J'espère ainsi contribuer à valoriser la recherche fondamentale en sciences cognitives et améliorer l'éducation de tous les enfants, notamment ceux en situation de pauvreté.

7309
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Monde ou sans région
spelke@wjh.harvard.edu