Accueil / Résidents / Jennifer Cole

Jennifer Cole

Professeur
University of Chicago
Le bal des mariés : femmes des côtes malgaches, hommes français et la création d'une double formation diasporique
01 février 2018 -
30 juin 2018
Anthropologie sociale et ethnologie
FacebookTwitter

Jennifer Cole est anthropologue culturelle et professeure de développement humain comparé à l'Université de Chicago, où elle préside le Comité d’études africaines. Spécialiste de Madagascar, son premier ouvrage étudie l'héritage du régime colonial français et les techniques mnémoniques que les Malgaches utilisaient au quotidien pour effacer, transformer et se rappeler le passé colonial. Elle a obtenu de nombreuses distinctions, y compris une bourse de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation et un prix de la recherche de la National Science Foundation. L'ouvrage sur lequel elle travaille actuellement examine le rôle du genre et des liens de parenté dans le cadre de la mobilité, en se concentrant sur les migrations par mariage de Malgaches vers la France à l'époque contemporaine.

Sujets de recherche

Études africaines ; genre et mobilité ; jeunesse et changements générationnels ; mémoire et oubli ; anthropologie historique ; anthropologie des émotions.

Le bal des mariés : femmes des côtes malgaches, hommes français et la création d'une double formation diasporique

Au cours de ces dernières vingt-cinq années, des milliers de femmes malgaches issues des zones côtières ont épousé des hommes français et émigré en France. À la différence de la tendance caractéristique que l'on retrouve chez d'autres groupes d'immigrants, les femmes malgaches qui ont épousé des hommes français ne constituent pas une enclave ethnique à part et ne sont pas coupées de la vie sociale française. À l'inverse, elles se joignent à leurs maris français, qui vivent généralement dans des villages ou des petites villes dispersés en province. Mon projet vise à déterminer comment, malgré la montée de la xénophobie en France, malgré les efforts déployés par l'État pour bloquer l'immigration et malgré des attentes souvent contradictoires concernant le mariage et à la vie de famille, les femmes malgaches parviennent à s'intégrer au sein de familles et de communautés françaises tout en continuant à soutenir leur famille à Madagascar. Je mets en évidence la manière dont elles s'inspirent d’un modèle social féminin ancien et bien établi au Madagascar, la vadimbazaha, une femme malgache qui a épousé un Européen, pour entrelacer les systèmes de parenté malgache et français, et ce, d'une façon qui régénère les familles française et malgache simultanément. Mon étude porte sur la manière dont les femmes gèrent cette situation sociale difficile, tout en traitant parallèlement des conséquences sociales et culturelles du rôle unificateur qu'elles jouent auprès de leurs familles française et malgache. Enfin, mon analyse fait apparaître certaines des conditions dans lesquelles l'afflux de migrants enrichit, au lieu de menacer, le mode de vie français. De fait, les migrations malgaches par mariage contribuent à préserver les institutions culturelles françaises.

7294
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Afrique subsaharienne
jcole@uchicago.edu