Accueil / Résidents / Jessica Marglin

Jessica Marglin

Maître de conférences
University of Southern California
La nationalité en procès : un Juif tunisien en Italie et la construction de la Méditerranée moderne
01 septembre 2017 -
31 janvier 2018
Histoire

Jessica Marglin est maître de conférences de religion et titulaire de la chaire d'études judaïques Ruth Ziegler à l'Université de Californie du Sud. Elle a obtenu son doctorat à l'Université de Princeton et ses master à l'Université de Harvard. Son livre, Across Legal Lines: Jews and Muslims in Modern Morocco (Yale University Press), s'est vu décerner par la American Academy for Jewish Research le prix Salo Wittmayer Baron 2016, récompensant le meilleur premier livre dans le domaine des études judaïques. Elle a reçu de nombreuses récompenses et bourses, notamment le prix de Rome et une bourse Fulbright. Ses articles ont été publiés dans le International Journal of Middle East Studies, le Jewish Social Studies, le Jewish Quarterly Review, le British Journal of Middle East Studies et le Comparative Studies in Society and History. Elle travaille actuellement sur les litiges juridiques relatifs au patrimoine de Nissim Shamama, une affaire transméditerranéenne datant de la fin du XIXe siècle impliquant la législation italienne, judaïque, tunisienne et islamique.

Sujets de recherche

Histoire des juifs et des musulmans en Afrique du Nord et en Méditerranée, avec une attention particulière portée au droit.

La nationalité en procès : un Juif tunisien en Italie et la construction de la Méditerranée moderne

Mon projet s'appuie sur les litiges relatifs au patrimoine de Nissim Shamama, un Juif tunisien décédé en Italie en 1873, afin de raconter une nouvelle histoire sur la nature de la Méditerranée moderne. Le procès, qui a pour objet la détermination de la nationalité de Shamama, mène à la croisée du droit international judaïque, islamique, italien et européen. Des litiges de cet ordre apportent un éclairage nouveau sur le droit et la nationalité dans la Méditerranéenne moderne. Bien que des travaux récents aient cherché à relier l'histoire de l'Europe et du Moyen-Orient à l'époque contemporaine, la plupart le font dans le cadre du colonialisme. Une approche méditerranéenne offre une méthode alternative pour écrire une histoire interconnectée de l'Europe et de l'Afrique du Nord. Pourtant, la majorité des universitaires estime que la Méditerranée - en tant qu'espace permettant à des individus d’entrer en relation en outrepassant les divisions religieuses et culturelles - a disparu à l'époque contemporaine. Mon projet défend l'idée selon laquelle cette capacité particulière de la Méditerranée n'a pas cessé d'exister avec l'avènement de la modernité. En effet, les caractéristiques qui donnent à la Méditerranée sa cohérence à l'époque prémoderne ont également façonné les changements associés à la modernité dans cette région. Les Juifs ont joué tout particulièrement le rôle d'intermédiaires entre les cultures au cours de l'époque prémoderne, et ces liens transnationaux ont continué à les définir au cours du XIXe siècle. J'affirme par ailleurs que l'histoire juridique européenne du XIXe siècle est influencée non seulement par celle de ses "étrangers à l'intérieur", en particulier celle les Juifs, mais aussi par celle du rivage sud de la Méditerranée.

7300
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient
marglin@usc.edu