Accueil / Résidents / M'hamed Oualdi

M'hamed Oualdi

Maître de conférences
Princeton University
Récits d’esclaves à l’ère de l’abolition : prisonniers blancs, esclaves noirs et serviteurs ottomans au 19e s. en Afrique du Nord
01 septembre 2017 -
31 janvier 2018
Histoire

M'hamed Oualdi est professeur adjoint d'histoire de l'Afrique du Nord moderne à l'Université de Princeton. Il a enseigné à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) et a obtenu des bourses de recherche à l'Institut universitaire européen (Florence), l'École française de Rome et l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain à Tunis. Dans son premier ouvrage, Esclaves et maîtres (Publications de la Sorbonne, 2011), il a étudié les fonctionnaires esclaves qui avaient gouverné la province ottomane de Tunis. Son nouvel ouvrage porte sur les effets socioculturels de la transition entre l'Empire ottoman et la domination coloniale française dans la Méditerranée centrale.

Sujets de recherche

Histoire sociale de l'Afrique du Nord moderne et contemporaine, notamment l'esclavage et les relations entre les sociétés nord-africaines et européennes au XIXe siècle ; histoire impériale et ce qui s'y rattache : textes, récits autobiographiques et production de documents historiques dans un contexte nord-africain.

Récits d’esclaves à l’ère de l’abolition : prisonniers blancs, esclaves noirs et serviteurs ottomans au 19e siècle en Afrique du Nord

Ce projet traite de l’abolition de l’esclavage en Afrique du Nord au 19e siècle, à travers les récits écrits ou conçus par des esclaves et serviteurs originaires d’Europe de l’Ouest, d’Anatolie, du Caucase, d’Afrique de l’Ouest et de l’Est, et par leurs descendants. Il vise d’abord à contribuer à une histoire globale et connectée de l’esclavage en étudiant les relations entre des groupes d’esclaves et en reliant l’Afrique du Nord à d’autres parties de l’Afrique, l’Europe, l’Asie et l’Amérique. En analysant les récits d’esclaves dans un contexte nord-africain et les capacités diverses des esclaves de parler en leur nom propre en différentes langues, ce projet cherche également à révéler la façon dont les esclaves envisageaient la fin de l’esclavagisme, comment ils voyaient et vivaient ce phénomène juridique et social. Au niveau méthodologique et théorique, l’objectif final de ce projet de recherche est de saisir comment et pourquoi les subalternes étaient capables, forcés ou parfois même empêchés d’écrire sur leur propre vie ; en d’autres termes, de comprendre comment les sources primaires que nous utilisons en tant qu’historiens sont le résultat d’interactions sociales incluant la domination et les conflits.

7302
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient
oualdi.mhamed@gmail.com