Accueil / Résidents / Mary Baine Campbell

Mary Baine Campbell

Professeur
Brandeis University
Rêve, mouvement, signification : les songes dans l'aire atlantique, 1550-1750
01 février 2018 -
30 juin 2018
Littératures

Mary Baine Campbell est professeure de littérature anglaise et comparée à l'Université Brandeis, où elle enseigne la littérature médiévale et moderne et a dirigé le programme Creative Writing. Elle est l'auteure de The Witness and the Other World: European Travel Writing 400-1600, de Wonder and Science: Imagining Worlds in Early Modern Europe (qui a remporté le prix James Russell Lowell du meilleur ouvrage, décerné par la MLA, en 2001) et de deux recueils de poésie. Elle travaille actuellement sur un ouvrage dédié aux rêves de l’époque moderne. Elle a été chercheur invité aux universités Brown et Columbia, au National Humanities Center (États-Unis), au Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte et au Birkbeck College (Université de Londres).

Sujets de recherche

Récits de voyage, utopie, histoire des sciences, cultures du savoir, poésie comme forme de savoir, histoire des rêves pendant les périodes médiévale et moderne ; plus récemment, science-fiction, climat-fiction, ainsi que relations entre fiction et changements climatiques.

Rêve, mouvement, signification : les songes dans l'aire atlantique, 1550-1750

Mon ouvrage prend comme point de départ le rêve en tant qu'acte d'imagination et de créativité réalisé pendant le sommeil : l'activité créatrice a priori dont émergent les phénomènes du "récit", de la "fiction", de la "métaphore" et, indirectement, de la poésie. En Europe, avant la Réforme, le rêve était considéré pendant longtemps, voire universellement, comme une source possible pour connaître l'avenir. On trouve des récits de rêves dès les premières traces d'écriture, alors que dans le monde de l'époque contemporaine, les rêves sont entrés dans le domaine du privé et restent confidentiels. Mêlant histoire littéraire et histoire culturelle, et proposant une approche novatrice des rêves, cet ouvrage se concentre sur la période de transition que constitue l'époque moderne, ainsi que sur le processus de refoulement qui s'opère alors dans l'aire atlantique (particulièrement en France, en Angleterre et dans le Nouveau Monde), à l'issue duquel le rêve perd son prestige épistémologique et social. Il devient alors un simple outil de diagnostic pour les médecins, puis perd toute signification : Débrun n'en fait pas mention dans son célèbre Cours de Psychologie de 1789. À la fin du XVIIe siècle, la pratique du rêve est essentiellement associée à la superstition, à la sorcellerie et aux sociétés nomades du Nouveau Monde. Comment expliquer cette évolution, et quelles ont été ses conséquences sur la pratique et l’histoire de l'écriture et du colonialisme qui entretiennent un lien avec elle ? L'époque moderne constitue une période pivot pour l'étude des rêves, dans la mesure où elle a vu leur fonction être remis en cause par des transformations importantes au niveau des croyances et de l'expérience sociale, alors qu'elle avait jusque-là gardé un statut et une valeur relativement stables pendant des millénaires. La médecine, la philosophie et la littérature françaises sont au cœur de ces transformations.

7293
2017-2018
Époque moderne (1492-1789)
Europe occidentale
campbell@brandeis.edu