Accueil / Résidents / Poul Fritz Kjaer

Poul Fritz Kjaer

Professeur
Copenhagen Business School
De la crise du corporatisme à la crise de la gouvernance : fractures sociétales et évolution des institutions intermédiaires dans l'Europe de l'entre-deux-guerres à nos jours
01 février 2018 -
30 juin 2018
Sociologie
FacebookTwitter

Poul F. Kjaer est professeur de gouvernance et d'économie politique au département de management, de sciences politiques et de philosophie de la Copenhagen Business School. Il est diplômé en sciences politiques (Aarhus University), en droit (European University Institute, Florence) et en sociologie (Goethe Universität, Frankfurt am Main). Il a effectué des séjours de recherche, entre autres à la Bar-Ilan University de Tel-Aviv, à l'École des hautes études en sciences sociales, à l'Université de Harvard, à la Humboldt Universität de Berlin, à la London School of Economics and Political Science et à Sciences Po Paris. Il est chercheur principal du projet « Institutional Transformation in European Political Economy – A Socio-legal Approach » du European Research Council. Dans son dernier ouvrage, Constitutionalism in the Global Realm – A Sociological Approach (Routledge, 2014), il développe une théorie sociologique des constitutions transnationales.

Sujets de recherche

Théories et philosophie sociales, politiques et juridiques ; intégration européenne ; gouvernance et économie politique ; sociologie du droit ; théorie et pratique constitutionnelles ; gouvernance mondiale et sociologie historique.

De la crise du corporatisme à la crise de la gouvernance : fractures sociétales et évolution des institutions intermédiaires dans l'Europe de l'entre-deux-guerres à nos jours

Le projet analyse l'émergence et les causes de crises de société sous un nouvel angle, en interrogeant la manière dont ces crises apparaissent et se développent, et en analysant leurs conséquences. Il s'appuie sur une nouvelle approche de la sociologie historique du droit, qui met en évidence le rôle central joué par des institutions intermédiaires (sous leurs variantes corporatistes, néocorporatistes et gouvernementales), permettant de mieux comprendre la façon dont ces crises apparaissent et peuvent être prévenues.

Je développe tout d'abord un nouveau cadre théorique et conceptuel pour l’étude des crises de société, éclairant les aires de recoupement des différents types de crises (économiques, d'éducation, juridiques, politiques, sociales, etc.) et la façon dont elles s'alimentent mutuellement.

La recherche s’inscrit ensuite dans une perspective historique plus large à travers l’étude des crises de société les plus importantes ayant marqué l'Europe, et leur relation avec les institutions intermédiaires pendant l'entre-deux-guerres, dans les années 1970 et celle que nous connaissons encore aujourd'hui. Ces trois crises sont respectivement étudiées à l’aide de concepts tels que "crise du corporatisme", "crise du néocorporatisme" et "crise de la gouvernance".

Troisièmement est analysée la place du droit dans l’évolution des institutions intermédiaires. L'étude fait valoir que le corporatisme de l'entre-deux-guerres et la gouvernance contemporaine partagent une position anti-légaliste qui implique le gel de la création de bases légales qui structurent les relations entre les dimensions politiques et économiques des sociétés, ce qui est l'une des causes principales des crises de société majeures.

7297
2017-2018
Époque contemporaine (1789-...)
Europe occidentale
pfkj.dbp@cbs.dk